Production d’antibiotiques : le potentiel de nos poils

De nouvelles recherches suggèrent que la barbe d’un homme peut aider à combattre la résistance aux antibiotiques des bactéries. Les poils du visage pourraient être la clé du développement de nouveaux antibiotiques. Des équipes travaillent depuis plusieurs années à la mise au point de nouveaux médicaments capables de briser la résistance des bactéries aux antibiotiques. C’est une préoccupation qui est devenue un problème majeur de santé publique.

Chaque année, aux États-Unis, plus de deux millions de personnes contractent une infection résistante aux antibiotiques et plus de 23 000 personnes en meurent. La résistance aux antibiotiques est devenue un grave problème de santé dans le monde entier. Il y a quelques années déjà, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que nous nous dirigions vers une “ère post-antibiotique” dans laquelle des infections autrefois traitables pourraient devenir mortelles.

Le développement des antibiotiques diminue !

Alors que des efforts sont faits pour améliorer la prescription et l’utilisation des antibiotiques, un autre obstacle dans la lutte contre la résistance aux médicaments doit être surmonté : le développement de nouveaux antibiotiques. Au cours des dernières décennies, la recherche et la production de nouveaux antibiotiques ont connu une baisse importante.

Les barbes n’ont pas la meilleure réputation en matière d’hygiène et récemment, une étude a même été publiée disant que la barbe d’un homme est aussi sale que les toilettes. Dans cette étude, des prélèvements aléatoires ont été effectués sur des barbes. Le résultat a été que les bactéries intestinales, qui se trouvent normalement dans les excréments, ont pu être détectées.

Les antibiotiques, il y en a dans votre barbe !

Bien que la plupart des bactéries présentes dans la barbe ne provoqueraient pas de maladie, il décrit les résultats comme inquiétants. Les inquiétudes concernant l’hygiène des poils de barbe sont infondées. Bien que les résultats de l’étude aient pu conduire certains hommes à se séparer de leurs poils de barbe, certains scientifiques affirment que les inquiétudes sont infondées, car la plupart des bactéries identifiées dans l’étude se trouvent également sur notre peau.

En fait, de nouvelles recherches indiquent que les moustaches peuvent même protéger leur porteur contre les infections résistantes aux antibiotiques. Sur une étude effectuée sur le visage de 408 travailleurs masculins, avec ou sans barbe, du domaine médical, il a été observé que les hommes qui portaient la barbe étaient moins susceptibles d’être colonisés par le Staph aureus résistant à la méthicilline (SARM). Le SARM est un groupe de bactéries qui résiste à la plupart des antibiotiques et est une cause majeure d’infections nosocomiales.

Pour cette étude, des échantillons de barbe sur 20 hommes dans les rues de Londres. Le matériel provenant des écouvillons a permis aux scientifiques de cultiver plus de 100 souches de bactéries sur une période de plus de 4 semaines. À partir de ces échantillons, une bactérie appelée Barnesiella, présente dans l’intestin grêle, a pu être identifiée. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que cette bactérie provient des excréments. Un quart des bactéries ont été capables de tuer des souches indicatrices.

Ensuite, les bactéries ont été testées pour certaines souches indicatrices de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les scientifiques ont été surpris de constater qu’un quart des bactéries de la barbe des hommes était capable de tuer les souches indicatrices, ce qui, signifie que les bactéries produisent elles-mêmes des antibiotiques. Plus précisément, l’équipe a trouvé une bactérie provenant des écouvillons de barbe, appelée Staphylococcus epidermidis, capable d’attaquer et de tuer les formes résistantes d’E.coli.

Selon les chercheurs, il est possible que seules certaines bactéries en évolution aient sélectionné la capacité de produire des toxines pouvant tuer les souches résistantes aux antibiotiques, et que seules certaines bactéries aient développé une résistance aux médicaments. Ces résultats pourraient rassurer les hommes qui s’inquiètent de l’hygiène de leur barbe.

Le développement d’antibiotiques pour les compagnies pharmaceutiques

Il est probable qu’il faudra beaucoup de temps avant de prescrire des antibiotiques inspirés par les bactéries de la barbe. La production et les tests de nouveaux antibiotiques sont très longs, complexes, coûteux et souvent peu avantageux pour les grandes entreprises pharmaceutiques. Comme les médicaments antibiotiques sont caractérisés par une courte durée d’utilisation, on peut gagner plus d’argent avec des médicaments qui doivent être pris quotidiennement, ce que les compagnies pharmaceutiques savent bien.